Warning: Creating default object from empty value in /home/celinear/public_html/wp-content/themes/simplicity/functions/admin-hooks.php on line 160

Extrait du livre L’équilibre nerveux de mon enfant

Introduction

La Vie…

L’univers des bébés et des jeunes enfants me fascine. Je ne peux m’empêcher de constater et de contacter leur pleine présence à la vie, leur communion avec cette dernière. Ils sont si entiers : tout sourire, tout amour ou toute colère, toute tristesse ou encore toute douleur. Ils ne font aucune concession sur ce qu’ils vivent, ils n’étouffent rien, pour l’instant… jusqu’à ce que le temps ait fait son œuvre. Peu à peu, sans que l’on sache pourquoi, cette étincelle de vie qu’ils avaient dans les yeux au réveil le matin s’éteint. Vous connaissez ce regard matinal (vers 5 heures et demie, au lever du soleil !), là où ils sont tout pimpants, prêts à mordre dans une nouvelle journée à plein sourire. Sourire si contagieux, même si nous sommes encore engourdis par une nuit trop courte ! Regardez votre conjoint ou conjointe demain matin au réveil et voyez si cette étincelle est encore présente… Observez votre adolescent au réveil; porte-t-il cette étincelle  ? Et surtout, observez votre propre réveil… Dans quel état êtes-vous, généralement, au lever  ? Pimpant, prêt à mordre dans la vie comme si vous étiez à votre première journée de vacances ou vous sentez-vous plutôt comme étant perpétuellement à la veille de votre retour au travail  ?

Que s’est-il passé  ? Tellement d’événements et d’expériences ont été vécus… qui nous ont conduits jour après jour à perdre le contact avec nous-même, avec notre Essence véritable, avec ce qui nous habite le plus intimement : notre Âme. Ne disons-nous pas régulièrement que « les yeux sont le miroir de l’âme » ?

Il est essentiel d’observer le monde dans lequel nous vivons si nous désirons aider nos enfants à conserver le plein potentiel de vie qui les habite. Nous vivons dans un monde qui engourdit, qui gèle, qui anesthésie les blessures, les maux physiques et les maux de l’être. Comment ?

  • Premièrement, en niant leur existence même ! En faisant comme s’il n’y avait pas de problème.
  • Deuxièmement, en surutilisant les voies de l’oubli : alcool, drogue, médicament (analgésique, anxiolytique, antidépresseur, stimulant, somnifère, etc.), télévision, jeu vidéo, travail à l’excès, consommation compulsive, etc.
  • Troisièmement, en émoussant les plaisirs à outrance : la gourmandise à la place de développer l’art d’être gourmet, les distractions continuelles au lieu d’utiliser les moments de loisir pour s’occuper véritablement de soi, le sexe pour le plaisir temporaire qu’il procure au lieu de vivre pleinement sa sexualité dans un espace de rencontre avec soi-même et avec l’autre, la vision négative de l’effort ou de la discipline personnelle, etc.
Éditions Le Dauphin Blanc
ISBN 2-89436-100-9
212 pages